La campagne : ennui ou paradis ?

Voilà, maintenant il n’y a plus de secret, vous savez où je vis. Campagne, nature, palmiers et bananiers, je vous ai planté le décor. Mais vous ne savez toujours pas ce que je fais ici, et c’est probablement ce qui vous intéresse le plus, je me trompe ?
Que ce soit avec des français ou des brésiliens, la question de l’ennui est souvent revenue quand je mentionne le fait que je vis à la campagne. Pourtant j’ai réalisé que je ne me suis jamais autant ennuyée que quand je vivais en ville : à l’école, en stage, en école de commerce, dans les transports et même souvent chez moi devant l’ordinateur … Je m’ennuyais en permanence. Impossible de compter le nombre de fois où j’ai regardé l’heure en espérant que le temps passe plus vite à l’école, à l’université ou en stage. Alors pourquoi la plupart des gens, moi y compris avant de le vivre, pensent qu’à la campagne on s’ennuie nécessairement ?

 

J’ai quelques idées sur la question mais je sais surtout par expérience que c’est grâce à mes voyages, notamment en solitaire, que j’ai commencé à apprécier ma compagnie et à découvrir ce que j’aime faire, en dehors de passer mon temps sur l’ordinateur. Deux expériences m’ont particulièrement marquées à ce propos : un volontariat dans une ferme très éloignée de la civilisation sans Internet, télévision ou livres dans une langue que je parlais, et tous les déjeuners et diners que j’ai passé seule en Inde. Dans le premier cas, j’ai été mise face à ma réalité : sans technologie, je ne savais plus quoi faire, et j’ai réellement senti un grand désespoir m’envahir pendant plusieurs jours, avant de réussir à me calmer. Dans le deuxième cas, j’ai enfin pu commencer à apprécier de passer du temps seule à table pour observer mon environnement, les gens mais aussi simplement lire ou écrire. Quelque chose que je n’arrivais pas à faire auparavant.

 

Ma transition vers la vie à la campagne s’est donc faite petit à petit. Il m’a fallu apprendre à découvrir mes intérêts, apprendre à valoriser le temps passé avec d’autres êtres humains, apprendre à valoriser les petits moments insignifiants de la vie, etc.
Après cette petite introduction, voici pour les curieux mon emploi du temps de ces 8 ou 9 derniers mois.

Le matin, un moment sacré :

En ayurvéda, on considère que la journée se fait à l’image des premières heures de la matinée. D’où l’importance de créer des rituels sains, positifs, énergisants voire spirituels dès le matin. Je consacre donc les deux premières heures de la matinée à prendre soin de mon corps et de mon esprit, ce qui inclut : hygiène du corps, organisation de mon espace de vie (rangement, nettoyage), rituels de pleine conscience (écriture, yoga, méditation, écoute de mantras), petit-déjeuner et organisation de mes objectifs de mes tâches. J’ai récemment téléchargé l’application Fabulous pour m’aider à ne rien oublier. Lorsqu’il fait beau, je vais ensuite à la rivière où je prends un bain et médite un peu.
J’ai créé ma routine grâce aux thérapeutes qui ont croisé mon chemin, à mes lectures sur l’ayurvéda mais aussi grâce aux morning routine « healthy, vegan, yoga, hippie » (ironie) disponibles sur YT et souvent très inspirantes : 9 Ayurveda Wellness Habits to Try.

Mes rendez-vous de la semaine:

Le marché du producteur local d’Alto Paraiso. On y trouve beaucoup de fruits et légumes bio, des en-cas vegan et / ou gluten free mais aussi de l’art, des choses faites mains, des braderies de vêtements … C’est le lieu de rencontre des habitants de la région donc on socialise, on partage un repas, on écoute les musiciens jouer …

 

 

Mercredi soir, samedi soir et dimanche matin, un rendez-vous récent et un peu spécial pour la culture française en particulier. Depuis quelques mois je me forme comme médium au temple du Vale do Amanhecer. Il s’agit d’une doctrine qui utilise la médiumnité dans le but de favoriser l’évolution spirituelle de ces membres, au travers de la réalisation d’un travail caritatif auprès de nos so called patients.
 

 

Samedi matin : formation de thérapie de rebirthing. Quatre heures destinées à la fois à recevoir différentes thérapies et en particulier à faire des sessions de rebirthing, mais également à me former comme future thérapeute. Une envie présente en moi depuis longtemps mais que je n’avais jusqu’à présent pas eu le courage de réaliser.
 

 

Et le reste du temps ?

Suivant les périodes, j’ai parfois eu beaucoup de temps à moi et en ai profité pour étudier, lire et écrire. J’ai suivi un cours d’ayurvéda et un cours de communication non violente en plus de toutes les lectures, films et audios auxquels j’ai pu dédier du temps. J’ai suivi le programme du livre Le chemin de l’artiste  de Julia Cameron qui propose pendant 12 semaines des exercices pour se reconnecter avec sa créativité. Ces moments ont été très enrichissant et je suis particulièrement fière d’avoir enfin réussi à valoriser ce temps passée seule et d’avoir su le mettre à profit pour mon bien-être.

 

Néanmoins c’est aux relations  interpersonnelles que j’ai consacré le plus de temps, que ce soit avec les personnes qui vivent avec moi ou près de moi. Ici, les connexions se font facilement notamment lorsqu’on fait du stop ou qu’on va au marché. Je me suis fait rapidement beaucoup d’amis et j’apprécie de passer du temps à le dédier du temps. Aujourd’hui par exemple, je suis sortie faire un tour dans le village à 10 heures et ne suis rentrée qu’à 16 heures car j’ai visité plusieurs amis.

 

Dans l’article précédent, je vous parlais également de Rasa, Adair et Helton. Qui sont-ils ? Rasa est une américaine d’une cinquantaine d’année. Il y a 4 ans, son chemin a croisé celui d’Adair, brésilien de 20 ans qui a souffert d’un AVC et est aujourd’hui schizophrène et épileptique. Elle a décidé de l’adopter et de l’aider dans son chemin vers la guérison en privilégiant des méthodes alternatives : homéopathie, magnétisme, shamanisme, spiritisme, et surtout beaucoup beaucoup d’amour et de temps.

 

Tous les 4 nous sommes rencontrés dans une communauté au mois de septembre. Helton a toujours eu un don pour calmer Adair en cas de crise, et moi j’ai apporté à Rasa le soutien organisationnel mais surtout émotionnel dont elle avait besoin au quotidien. Elle a en effet passé les 4 dernières années pratiquement seule (elle ne parle pas portugais) à s’occuper d’Adair et j’ai été la première personne avec qui elle a créé une relation amicale et de soutien pendant tout ce temps. Lorsqu’elle nous a donc demandé de la suivre dans ce projet nous avons tous les deux acceptés. De manière irrégulière et imprévisible, c’est cette « activité » qui m’a demandé le plus de temps et d’énergie.

 

C’est d’ailleurs dans ce cadre que je devais partir la semaine pour Rio Branco, en Amazonie. Adair ayant besoin d’un cadre plus strict pour l’aider dans sa guérison, Rasa a choisi de l’interner dans une ONG qui se présente comme un centre de réhabilitation pour personnes addicts à l’alcool et aux drogues qui travaille avec la ligne du shamanisme. Rasa, Adair et Helton sont là-bas depuis trois semaines mais ça ne se passe pas si bien que prévu donc ils partent la semaine prochaine pour un autre centre de la même ONG, à Espirito Santo.

 

Ainsi donc je vais finalement rester ici. J’apprends à être flexible, à me calmer et à attendre de comprendre la situation avec plus de recul avant de prendre des décisions. En cette ère de profondes et rapides transformations, le détachement et la flexibilité sont des aptitudes qu’il est bon de travailler face à n’importe quelle situation.

 

Voilà, j’espère vous avoir convaincu qu’on peut vivre à la campagne et ne pas s’ennuyer une seconde. C’est surtout une question de la manière dont chacun voit la vie. Parce que le bonheur ne réside pas dans l’action incessante mais dans la présence permanente …

 

Sur ce j’aimerais savoir ce que vous aimez faire quand il n’y a « rien à faire » ? Autre qu’être sur les écrans. Je suis curieuse et ça pourrait me donner des idées !
A bientôt,
Sarah.

 

Méditation Vipassana : 110 heures de méditation en 10 jours

Mon bilan après 10 jours de méditation, de silence, de déconnexion et d’introspection.

J’ai réalisé ma retraite en janvier 2017, deux semaines à peine après mon inscription. Jusqu’à quelques jours avant, je l’avais laissé dans un coin de ma tête, probablement par peur de me décourager. Ce qui me faisait le plus peur, c’était simplement de m’ennuyer. Effectivement, une retraite de méditation Vipassana est plutôt limitée en activités. Les retraites Vipassana n’autorisent les participant qu’à dormir, manger (deux repas par jour) et marcher (ou plutôt se dégourdir les jambes car la surface de promenade est assez réduite), en plus de la méditation, 11 heures par jour.
Chaque jour, le programme est le même : on commence à 4h du matin et on termine à 22h.

Théorie :

Les trois premiers jours, on pratique une méthode d’observation de la respiration, anapana sati, qui prépare à la technique de méditation Vipassana.
Chaque période de méditation est guidée par des audios et un professeur à qui on peut poser nos questions. Chaque soir, on écoute un discours de S.N. Goenka, Birman d’origine indienne qui enseigna cette technique de 1969 à sa mort en 2013 . Ces derniers ont été pour moi l’un des moments les plus forts cette retraite, qui m’a chamboulée à deux niveaux : physique d’abord et intellectuel ensuite. Grâce à ces discours, j’ai compris le pouvoir libérateur de la méditation, et c’est ce qui fait que je la considère désormais comme l’un de mes outils d’accès au bonheur. Et cela je l’ai probablement plus compris intellectuellement que ressenti physiquement. Pour le moment.

 

Vipassana est la méthode enseignée par le Bouddha (le libéré) pour aider chacun de nous la voie de la libération, dhamma.  Lui aussi a enseigné cette méthode jusqu’à sa mort, soit pendant 45 ans. Si son enseignement, et celui de Goenka, a touché tellement de personnes, c’est notamment parce qu’il est non-sectaire : des personnes de toute origine, caste ou religion se sont illuminés grâce à lui.

 

Ce que Bouddha a découvert, c’est le lien entre nos sensations et les objets extérieurs. Jusqu’ici, on avait compris que nos sens réagissent aux objets extérieurs (ex : une fleur qui sent bon fait réagir mon sens de l’odorat). Et Bouddha a montré que ce n’est pas l’objet en lui-même que l’on recherche, mais la sensation qu’il nous procure. Peu importe que ce soit une fleur ou une pince à linge qui sente bon, ce qu’on recherche c’est la sensation que nous procure cette odeur. De même, ce n’est pas un objet que l’on va rejeter, par exemple du pain moisi ou un aliment pourri, mais la sensation désagréable qu’ils procurent (par exemple quand on mange ce pain ou cet aliment).

 

Sankara est  la partie de notre esprit qui réagit aux sensations.
Le malheur des hommes ne viendrait donc pas du fait qu’on soit en permanence à la recherche d’objets plaisants et dans le rejet d’objets déplaisants, mais du fait qu’on soit en permanence dans la recherche de sensations plaisantes et dans le rejet de sensations déplaisantes. La méditation Vipassana cherche à nous apprendre à observer ces sensations, plaisantes ou déplaisantes, et à ne pas nous y attacher. Pourquoi s’attacher à quelque chose qui est, par définition, impermanent (anicca).

 

On nous dit ainsi qu’en arrêtant de s’attacher à nos sensations, on arrête de produire de nouveaux sankara mais surtout qu’on se débarrasse automatiquement de nos anciens sankara ! Petit à petit, on se libère l’esprit de nos attachements passés.

 

Pour cela, on utilise la pleine conscience et l’impartialité face à nos sensations. Une sensation plaisante comme douloureuse ne doit être qu’observée, impartialement, et non pas désirée ou rejetée. Par ce simple exercice d’observation, on purifie notre esprit et on apprend à le dominer, ce qui représente deux des trois piliers de l’enseignement de Bouddha.
Le dernier pilier est le respect des shilas, règles de morale, qui permettent à la fois de s’éloigner d’émotions et de sensations négatives mais aussi d’éviter des actions qui font du mal à autrui. Les cinq shilas sont :
  • De ne pas tuer
  • De ne pas mentir
  • De ne pas voler
  • De ne pas avoir de comportement sexuel déplacé
  • De ne pas ingérer d’intoxicant (tabac, alcool, drogue)

Pratique :

 

Me retrouver seule avec moi-même dans le silence de ce lieu chargé en énergies positives m’a fait un bien énorme. Cela m’a permis de faire le point à plein de niveaux sur ma vie, de faire une pause dans ce voyage tumultueux, de penser à moi et d’apprendre à mieux gérer mes émotions. Me voir offrir le cadeau d’un outil aussi puissant que le dhamma a été libérateur pour moi. Beaucoup de personnes considèrent la méditation Vipassana comme l’une des expériences les plus difficiles de leur vie, que ce soit à cause du manque de sommeil, de nourriture, du voeu de silence ou du fait de devoir rester assis aussi longtemps. Pour moi, rester assise a plusieurs fois été frustrant, notamment quand il s’agissait de rester complètement immobile. J’avais envie de sortir, de bouger, de regarder les fleurs, les bestioles, le ciel et de laisser aller mes pensées sans avoir à penser à ma respiration ou à mes sensations. J’ai aussi plusieurs fois trouvé les heures longues… Logique. Mais je ne décrirai pour autant pas cette expérience comme extrêmement difficile, peut-être justement parce que c’était ce que je recherchais.

Bilan :

Si je n’arrive pas encore à pratiquer régulièrement la méditation Vipassana, malgré les bénéfices que cela m’a apporté, c’est d’une part car c’est une discipline difficile à s’imposer (Goenka conseille de pratiquer deux heures par jour) mais aussi parce qu’avec le temps, j’ai perdu cette capacité à sentir mes sensations les plus subtiles. Le fait d’être en groupe et d’avoir cette structure qui impose une discipline m’a aussi grandement aidée à ce que je me lève à 4h du matin tous les jours et à ce que je reste assise sur mon coussin plutôt que d’aller me promener dans le jardin.
La pression sociale marche plutôt bien sur moi, je crois.

 

Aujourd’hui, je me contente donc de la technique d’anapana, que j’utilise pratiquement tous les jours et qui consiste à observer sa respiration, ainsi que de la méditation active (méditer en marchant), ce qui me permet déjà d’être plus présente au quotidien. Je poursuis mes lectures sur la méditation et le développement personnel et j’en apprends chaque jour un peu plus sur les outils qui permettent de guérir les traumas du passé et de devenir un adulte équilibré et heureux.

 

Dites-moi si ça vous a donné envie de vous engager dans cette folle aventure, ou si vous utilisé d’autres méthodes de pleine conscience !
Namastê.