Les produits laitiers, nos amis pour la vie ?

Les produits laitiers (lait, fromage, beurre, yaourts, glaces), malgré leur délicieux goût, font parti de la liste des aliments à la fois nocifs pour la santé, l’environnement et les animaux. Exclus du mode de vie végane et de l’alimentation végétalienne, on entend de plus en plus dire de mal des produits laitiers, et à raison.

Le nombre de personnes allergiques diagnostiquées avec une allergie au lait est en constante augmentation, ce qui peut s’expliquer par la consommation de plus en plus importante de ces aliments au cours des 70 dernières années. En effet, c’est après la Seconde Guerre Mondiale, que le gouvernement français est allé s’inspirer des Etats-Unis (!!!) et a commencé à distribuer du lait dans les écoles pour lutter contre la sous-nutrition massive après la guerre. Quand on voit ce qu’on mange les américains, ça devrait nous mettre la puce à l’oreille en entendant que cette idée vient d’eux !

Alors finalement, : à quoi sert le lait ? Le lait sert à faire grandir rapidement un bébé en lui donnant tout ce dont IL a besoin à ce moment de sa vie. On voit déjà plusieurs problèmes : pourquoi un individu adulte consommerait-il du lait s’il s’agit d’un aliment prévu pour la phase de croissance ? Et peut-on penser qu’un autre mammifère que l’être humain, en l’occurrence les vaches ou les chèvres, sont capables de produire un lait qui répondent à NOS besoins ?

jens-johnsson-684267-unsplash

Consommer du lait à l’âge à l’adulte est problématique. L’être humain est le seul mammifère à le faire : tous les autres passent par le sevrage, arrêt du lait maternel et passage à une alimentation solide. Au cours de ce processus, la production de l’enzyme (molécule permettant la digestion des aliments) de digestion du lait diminue, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus produite par l’organisme. En prolongeant notre consommation de lait à l’âge adulte, notre corps continue de produire cette enzyme, mais en quantités réduites. Par conséquent, nous digérons beaucoup moins bien les produits laitiers à l’âge adulte qu’en tant que bébés. Moins bonne digestion qui implique d’une part qu’on tire peu de bénéfices nutritionnelles des produits laitiers et d’autre part qu’ils peuvent causer des troubles digestifs importants comme des maux de ventre, des allergies, des diarrhées …

Le lait répond t-il à nos besoins nutritionnels ? Evidemment, la réponse est non. Le lait de vache répond aux besoins nutritionnels du veau, qui a besoin de grossir de 200 kg en 2 ans. Il est donc extrêmement gras, ce qui n’est pas du tout adapté pour nous favorisant ainsi la prise de poids, les maladies cardiovasculaires, le cholestérol, le diabète … Le lait adapté aux bébés humains est le lait de leur mère et aucun lait animal n’est adapté nutritionnellement aux besoins d’un mammifère adulte.

Par ailleurs, le lait contient ce qui est présent dans le sang de la vache : hormones de croissance, vaccins, antibiotiques, etc … Sans parler du fait que les conditions déplorables dans lesquelles elles vivent sont propices au développement de nombreuses maladies (d’où les antibiotiques), qui elles aussi se retrouvent dans le lait. La mastite est une maladie infectieuse des pis très courante chez les vaches laitières et qui implique la présence de pus et de sang dans le lait. Chaque pays a sa législation à ce sujet, permettant la présence d’une certaine quantité de pus par litre de lait. Alors oui, le lait est ensuite pasteurisé, mais est-ce que vous avez vraiment envie de boire du pus bouilli ? Et pensez-vous que cela peut-être bon pour votre corps ?

nastya-maxymova-614261-unsplash

En parlant de pasteurisation, ce processus a pour but de tuer les bactéries qui pourraient nous rendre malades, mais la cuisson à haute température (environ 70°) a aussi pour conséquence de tuer un bon nombre de nutriments et vitamines présent dans cet aliment, le rendant encore moins intéressant nutritionnellement qu’il ne l’est déjà.

Carence en calcium ? 

Il suffit de regarder le top 5 des pays les plus consommateurs de produits laitiers au monde et celui des pays qui souffrent le plus d’ostéoporose : ce sont les mêmes (et la France est dans le classement). Boire du lait n’aide pas à réduire les problèmes osseux, au contraire. Certaines recherches indépendantes (non financées par les lobbys du lait) montrent qu’au delà d’une part de produits laitiers par jour nos chances de développer des problèmes osseux augmentent. Une part de produit laitier ça serait un bon de fromage, un yaourt, un verre de lait ou une glace. Sans oublier les produits laitiers contenus dans beaucoup de produits industriels et qui viennent s’ajouter.

Conséquences communes de la consommation de produits laitiers sur la santé 

les problèmes respiratoires (production de mucus dans les poumons) sont très souvent liés à la consommation de produits laitiers et peuvent être amenés à disparaître ou être réduit en la stoppant. Il est fortement conseillé d’arrêter toute consommation en cas de rhume, grippe, sinusite, bronchite, etc. La consommation de ces produits augmente également fortement la présence d’acné, autre très bonne raison d’essayer de vous en passer si vous êtes concerné.

Produits laitiers et souffrance animale 

stijn-te-strake-316914-unsplash

Pour les végétariens préoccupés par la souffrance animale, sachez que 40% de l’industrie de la viande est alimentée par l’industrie du lait. En effet, les veaux mâles n’ayant pas d’utilité dans l’industrie laitière, ils sont envoyés à l’abattoir ou élevé pour être tué plus tard. Mais celles qui souffrent le plus, ce sont les vaches laitières, qui vivent une vie de torture et de souffrance : grossesses précoces et à répétition, perte de leur bébé, tirage du lait 2 à 3 fois par jour par des machines, insémination artificielle forcée, condition de vie insalubres (enfermement, maladies, alimentation) … Ainsi, le végétarisme est un premier pas mais pas une fin en soit dans la lutte contre la souffrance et l’exploitation animale.

Convaincu ? Et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

De manière générale, une personne qui arrête de consommer un groupe alimentaire aura tendance à y chercher des substituts qui s’en rapproche dans la forme, le goût et l’usage. Donc il peut-être intéressant d’avoir recours aux substituts de produits laitiers c’est à dire les laits, fromages et yaourts végétaux. En France et probablement dans beaucoup d’autres pays d’Europe, ils sont facilement trouvables en supermarché et en magasin bio. Il en existe une immense variété ce qui permet de tester beaucoup de nouveaux goûts jusqu’à trouver ce qui vous plait.

nathan-dumlao-314123-unsplash

Ex: lait de soja, de coco, de riz, d’amande, de noisettes (mon préféré !), yaourts de soja à la vanille, à la fraise, au chocolat, fromages de noix ou de graines (il existe même des fromages végans fermentés!) et pour ce qui est des glaces il suffit d’opter pour les sorbets !

Sachez aussi qu’il est extrêmement simple de faire des laits végétaux chez vous ! Il suffit généralement de mixer la céréale, l’oléagineux, la graine ou la noix dont vous voulez extraire le lait avec de l’eau. N’hésitez pas à rechercher des recettes sur internet, cela rendra votre lait plus économique et plus sain puisque vous saurez ce que vous y mettez !

Si les substituts ne vous tentent pas, sachez que ce n’est pas une obligation. Introduisez simplement quelques aliments riches en calcium comme les amandes, les brocolis … pour fortifier correctement vos os et ce sera réglé !

Voici ici une liste des aliments les plus riches en calcium :

Aliment 100mg Calcium (mg)
Algue marine 1100
Graine de sésame 417
Brocolis cru 400
Avoine 392
Amande 254
Persil 195
Brocolis cuit 130
Lait de vache 123
Yaourt 120
Navet 72
Carotte 56

 Voilà, j’espère que cet article vous fera réfléchir sur le sujet ! Partagez en commentaire vos alternatives préférée aux produits laitiers et l’impact que leur arrêt a eu sur votre santé !

La méthode de l’assiette : un repas végan équilibré

L’une des questions qui revient souvent quand je dis que je suis végan c’est celle des carences alimentaires. Après avoir lu cet article de Pick Up Limes, me voilà rassurée. Grâce à l’inspiration gagnée au cours de mes voyages et de mes pérégrinations sur Youtube, j’avais effectivement réussi à adopter une alimentation équilibrée.

Cet article est une traduction et adaptation de l’article de Sadia, de Pick Up Limes, sur la méthode de l’assiette qu’elle a créée elle-même. Sadia est une nutritionniste diplômée d’une université canadienne qui a adopté une alimentation 100% végétale. Elle m’a donné personnellement la permission de partager ses articles pour que son message soit diffusé le plus possible.

Voici donc son article :

Commençons par les bases

méthode

Beaucoup de pays ont créé des plans alimentaires visant à nous aider à adopter une alimentation équilibrée. Généralement, les indications sont semblables et mettent l’accent sur un apport suffisant en liquides, fruits, légumes et céréales (intégrales si possible), mais aussi sur les protéines, graisses et sur les sources de calcium.

Si ce genre d’information nous donne une idée de ce qu’on devrait manger, on peut trouver ce genre de tableaux angoissant car ils suggèrent qu’on compte le nombre de portion de chaque type d’aliment que l’on consomme, et ce à chaque repas.

Pourtant, cela n’est pas du tout nécessaire, surtout quand on est déjà bien habitué à son régime alimentaire. Effectivement, il peut être intéressant de faire cet exercice de temps en temps pour se rendre compte de ce qu’on peut améliorer, mais faire cela tous les jours n’aurait aucun sens. Pick up Limes propose donc une méthode simple pour être sûr de bien manger sans avoir à tout compter.

La méthode de l’assiette

Cette méthode simple permet de visualiser comment organiser les groupes d’aliments. L’image ci-dessous simplifie les tailles des portions et indique les groupes alimentaires à inclure dans un repas nutritionnelle ment équilibré de manière plus générale. cette méthode a été crée par l’auteur du blog Pick Up Limes, nutritionniste végane canadienne, en se basant sur son expérience et sur divers autres exemples de méthode de l’assiette.

assiete

* vegetables and/or fruits : légumes et/ou fruits

grains : céréales

plant-based protein : protéines végétales

fats : graisses

L’assiette, en détails :

Fruits et/ou légumes : ½ assiette

  • Avantages : vitamines, minéraux, fibres, antioxydants, réduction du risque de maladies chroniques … Les avantages liés à la consommation de fruits et légumes sont très nombreux et très connus. Donc mangez-en, beaucoup !
  • Sources: les fruits et légumes qui vous apporteront le plus de bénéfices nutritionnels répondent aux critères suivants : de saison, locaux, bio, non OGM. Mais surtout, ce sont les fruits et légumes que vous aimez et qui vous font plaisir ! Les légumes verts (asperge, brocolis, choux de Bruxelles, épinards, laitue, haricots verts …) et oranges (carottes, citrouille, courge …) sont à introduire quotidiennement dans vos assiettes. Et si vous avez du mal à gérer les fruits frais, aidez-vous des fruits congelés, pratiques et rapides à préparer.
  • Conseil de pro : mettez plus de légumes que de fruits dans vos assiettes ! 3 à 4 portions de fruits pour 4 à 6 de légumes par jour

alexandr-podvalny-221880

CÉRÉALES : ¼ d’assiette

  • Avantages : les céréales sont une source fantastique d’énergie (glucides complexes) et de fibres.
  • Sources : avoine, riz, pain au blé complet, tortilla, pâtes au blé complet, quinoa, millet, amarante, épeautre …
  • Conseil de pro : donnez-vous pour objectif que la moitié de vos céréales soient complètes pour bénéficier d’un surplus de fibre !

PROTÉINES VÉGÉTALES : 1/4 d’assiette

  • Bénéfices : essentielles au bon fonctionnement du corps humain, les protéines végétales apportent également des fibres (solubles et non solubles) et augmentent la sensation de satiété.
  • Sources : les produits dérivés du soja comme le tofu, le tempeh, l’edamame ou le seitan, les petit pois, les haricots, les pois chiches, toutes les lentilles, les pois et la plupart des fausses viandes. Toutes les noix et graines sont à la fois sources de protéines et de bonnes graisses : graines de chanvre, de tournesol, de courge, les noisettes, amandes, cacahuètes … que vous les mangiez nature ou en beurre / pâtes ou laits.
  • Conseil de pro : n’hésitez pas à utiliser les légumineuses en conserve pour réduire votre temps de préparation et vous assurez de manger suffisamment de protéines. Si vous optez pour réaliser la cuisson vous-même, sachez que les lentilles cuisent bien plus vite que les haricots et qu’en laissant tremper vos légumineuses dans l’eau pendant la nuit, vous réduisez significativement leur temps de cuisson.

Ajoutez des noix et des graines à vos bols, salades, soupes ou pâtes pour encore plus de plaisir et de bonnes graisses !

Les trois piliers

En plus de l’assiette, Pick Up Limes a développé l’idée de trois piliers qui permettent d’obtenir une variété suffisante de nutriments pour une santé optimale. Ces trois piliers peuvent être inclus dans vos repas aussi bien que dans vos en-cas.

CALCIUM

peter-lewicki-614628-unsplash

  • Pourquoi : qu’on soit végan ou non, les aliments riches en calcium sont souvent oubliés. Le calcium est pourtant crucial pour la croissance et la bonne santé des os au cours de notre vie. Les aliments sources de calcium sont toujours à préférer aux compléments alimentaires.
  • Recommandations : au moins 2 portions de lait et/ou de yaourt végétal fortifié en calcium.
  • Sources de calcium végan : un verre de lait de soja apporte 7-8g de protéine (équivalent au lait de vache), alors que les autres laits végétaux en apportent généralement moins (mais ils en apportent quand même, donc n’hésitez pas à les essayer aussi, surtout si vous n’êtes pas fan du lait de soja). Lait d’amande, de noisette, de riz, d’épeautre, de quinoa … Le choix est large dans les étals des épiceries bio ! Et si possible, préférez des laits d’origine française, bio et sans OGM.  Ces boissons végétales peuvent êtes introduites dans les recettes de latte, smoothies ou porridge, à la place de l’eau.
  • Quelques autres sources de calcium : les feuilles vertes, le tahini et les haricots. Même si ces produits ne contiennent pas énormément de calcium, il est bon d’adopter autant que possible ces aliments pour augmenter la diversité et les sources de fibre et autres vitamines !

GRAISSES

miroslava-195632-unsplash

  • Pourquoi : les graisses sont essentielles à une alimentation équilibrée car de nombreuses fonctions du corps humain en dépendent. Les acides gras essentiels dont les oméga-3 se trouvent généralement dans ce type d’aliments, et on veut être sûr dans manger assez !
  • Recommandations : consommez les bonnes graisses d’aliments non transformés si possible car ils offrent des fibres, des vitamines et des minéraux en plus des graisses. Faites donc usage des huiles avec modération.
  • Sources végan françaises : noix (de Grenoble, noisettes, amandes), graines (de tournesol, de courge, de lin, de sésame …), les pâtes à tartiner à base de noix et les olives.

Les avocats et les noix de coco sont d’excellentes sources de bonnes graisses mais ces arbres ne poussant pas sur notre continent et encore moins dans notre pays, leurs apports nutritionnels sont bien moindre que ceux de nos produits locaux.

COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

  • Vitamine B12 : cette vitamine est rarement présente dans une alimentation végétale donc les végans doivent se complémenter en vitamine B12, de préférence avec des compléments alimentaires.
  • Vitamine D : suivant l’endroit où vous habitez, il est possible que vous arriviez à synthétiser la vitamine D du soleil. Pour les régions moins ensoleillées et pendant l’hiver, veillez à consommer des aliments fortifiés en vitamine D et/ou des compléments alimentaires contenant 600-800 IU/jour. Cela vaut pour les végans et les non végans.

L’idée générale

Le but de cette méthode n’est pas de nous faire organiser précieusement notre assiette pour obtenir les pourcentages indiqués de manière exacte. Il s’agit simplement d’un guide visuel de ce que pourrait être un repas végétal équilibré. L’utiliser de cette manière pourrait vous aider à l’adapter aux plats et aliments que vous aimez et qui vous sont accessibles. Ainsi, la méthode devient pratique, variée et réalisable.

Maintenant montrez-moi votre assiette ! Postez-moi des photos de vos assiettes en commentaire. J’adorerai voir ce que vous mangez à l’autre bout du monde !

Références

Pick Up Limes : Protein, an uncomplicated guide for vegans
Davis, Brenda, and Vesanto Melina. « Becoming Vegan: the Complete Reference on Plant-Based Nutrition. » Becoming Vegan: the Complete Reference on Plant-Based Nutrition, Book Publishing Company, 2014, pp. 431-437.

Le gargarisme à l’huile

Avez-vous déjà entendu parler de gargarisme à l’huile, plus connu sous le nom de oil pulling ? Voici un petit guide pour mettre en place cette habitude ancestrale dans votre routine matinale.

deanna-alys-675046-unsplash

Qu’est-ce que le gargarisme à l’huile ?

Le gargarisme à l’huile consiste à prendre en bouche une petite quantité d’huile et de la faire passer autour de ses dents et gencives. Avec cette méthode, l’huile ne fait pas que nettoyer votre bouche, elle améliore en réalité l’hygiène buccale en générale. C’est pourquoi cette technique n’est pas utilisée que par les thérapeutes ayurvédiques, mais aussi par les médecins allopathiques et les dentistes.

Les bénéfices

Les bénéfices du gargarisme à l’huile vont bien plus loin que la bouche.

  • Dents et gencives. Avec toute la nourriture et les boissons que l’on consomme, des particules se bloquent facilement dans nos dents et nos gencives, ce qui peut conduire à des douleurs dentaires et autres résultats peu plaisants. Le gargarisme à l’huile aide à maintenir un pH normal et une flore orale, empêchant ainsi les microbes, plaques et caries de s’installer, tout en renforçant les dents et leur émail.
  • Les sinus peuvent facilement se boucher, en particulier pour les allergiques au pollen ou à la poussière. Le gargarisme promeut la santé des sinus, leur permettant notamment de rester propres, évitant ainsi de nombreux inconforts.
  • Haleine. Cette pratique a prouvé qu’elle permet de rafraichir l’haleine et de réduire la sécheresse et les sifflements, rendant la respiration plus aisée.
  • Les joints. En pratiquant quotidiennement cette méthode, vous pouvez espérer améliorer le confort et la flexibilité de vos joints. Les dentistes considèrent la santé de la bouche comme un indicateur de la santé général de notre corps. Comme le gargarisme à l’huile humidifie les dents, il humidifie également le reste du corps.
  • Muscles des joues. En se gargarisant, vous exercez doucement et efficacement les muscles du cou, de joues et les mandibules, rendant ces zones plus souples. Par ailleurs, l’huile absorbée par l’intérieur de la bouche aide les joues et le cou à se détendre et prévient d’éventuelles sécheresses.
  • Détoxification. Le gargarisme à l’huile apporte un soutien à la fonction naturelle du corps d’élimination des toxines.
  • Peau. La présence de l’huile aide la peau à rester hydratée et lui promeut un environnement bénéfique.
  • Routine. Cette pratique qui rafraichit l’haleine et la bouche nettoie est une excellente habitude à ajouter à votre routine matinale ! L’aspect ritualiste n’est pas bon que pour votre hygiène buccale, mais il apporte aussi de l’équilibre et de la clarté à votre quotidien.

Comment procéder au gargarisme à l’huile

Le matin, l’estomac vide, commencez par mettre 1 cuillère à soupe d’huile dans votre bouche. L’ayurvéda recommande traditionnellement l’huile de sésame. Au début, l’huile peut ne pas avoir un goût très agréable, mais il faudra s’y habituer. Faites passer l’huile des deux côtés de votre bouche mais aussi devant, derrière et à travers les dents. Faites cela durant 15-20 minutes, jusqu’à ce que l’huile soit liquide et claire. Crachez alors dans la poubelle, dans les toilettes ou dans la terre (plutôt que dans l’évier qui pourrait se boucher) et rincez la bouche avec de l’eau chaude ou de l’eau salée. Brossez-vous les dents si vous le souhaitez.

N’avalez surtout pas l’huile qui contient toutes les bactéries de votre bouche.

Quelle huile pour un gargarisme à l’huile ?

Plusieurs huiles peuvent être utilisées. Traditionnellement, l’ayurvéda promeut l’utilisation de l’huile de sésame, mais l’huile de coco a montré des propriétés antimicrobiennes plus élevées.

 

matthijs-smit-574925-unsplash

Si les bénéficies de ce gargarisme vous semblent intéressant, n’hésitez pas à lui donner une chance !

10 bonnes habitudes à adopter – ayurvéda

Des conseils pour mieux s’alimenter, j’en ai plein. En voici aujourd’hui 10 relativement généraux qui vous permettront d’orienter vos efforts et d’obtenir des résultats positifs sur le long terme.

Oui à :

S’hydrater suffisamment

Bon ça je sais, c’est le conseil le plus rébarbatif qu’on peut recevoir. Boire de l’eau … Ça n’a aucun goût, ça ne provoque aucun plaisir. Et pourtant … L’être humain est composé à 70% d’eau donc s’hydrater est essentiel au bon fonctionnement de notre système. Mais s’hydrater ne signifie pas que boire de l’eau. Si vous n’aimez pas l’eau vous pouvez la substituer par :

  • De l’eau tiède citronnée, en particulier le matin à jeun
  • Des jus de légumes
  • Des jus de fruits frais, bio et sans sucre, conservateurs ou colorants. Idéalement par un jus fait maison.
  • Des tisanes
  • De l’eau aromatisée à la menthe, au citron, au basilic, au concombre …
  • De l’eau de coco

ornella-binni-106372

Boire le matin

S’hydrater oui, mais quand ? Après 8 heures de sommeil et probablement plus sans boire, notre corps a extrêmement besoin d’être réhydraté. Avant de manger, commencez par boire plusieurs verres d’eau, en commençant par plusieurs verres d’eau tiède citronnée à laquelle il est bon d’ajouter une pincée de sel.

L’idéal est de boire 1L à 1L et demi avant de prendre votre premier repas.

Prendre des petits-déjeuners de fruits

Le plus facile à digérer pour notre corps sont les fruits crus. L’homme est physiologiquement frugivore c’est-à-dire prévu pour se nourrir de fruits, de noix et de graines. En plus de nous donner de la vie, des minéraux et des vitamines, les fruits sont très faciles à digérer, ce qui est idéal le matin quand le corps n’est pas tout à fait réveillé. Mais l’idée n’est pas non plus de se sous-nourrir. Les fruits étant moins caloriques que le reste, il ne va pas falloir lésiner sur les quantités et associer des fruits plus caloriques comme la banane à des fruits plus aqueux comme la pomme.

lotte-lohr-766

Ajouter de la verdure

J’aime à dire que le plus important dans une transition alimentaire est d’ajouter plutôt que d’enlever. Plus on ajoute de bons aliments, moins on aura envie des mauvais. Alors après un petit-déjeuner plein de bons fruits rassasiants, pourquoi ne pas commencer le déjeuner par une bonne grosse salade ? Attention au choix de vos ingrédients puisque l’idéal selon l’ayurvéda est de ne jamais mélanger le cuit et le cru (et mélanger signifie laisser au moins 15 minutes d’intervalle entre l’ingestion des différents aliments). Une salade c’est donc 100% crus et peut donc contenir des légumes, des feuilles, des graines germées ou toastées, des crackers crus et surtout de super sauces originales comme des sauces à l’avocat, au tahini, au poivron, à la mangue, etc …

alexandr-podvalny-221880

Faire tremper

Que ce soient les céréales, les noix ou les graines, tous contiennent de l’acide phytique, une molécule présente dans leur enveloppe et qui leur permet de retenir les minéraux qui leurs seront nécessaires pour croître. Pourquoi l’être humain ne veut pas ingérer l’acide et la graine ? Justement parce que cette dernière ne libérera pas les minéraux qu’elle contient, et nous ne pourrons donc pas en bénéficier !

Mais ne vous inquiétez pas, la solution une d’une simplicité enfantine : pour que la graine libère l’acide phytique, il lui suffit de passer quelques heures plongée dans l’eau. Elle sort alors de l’hibernation et pensant que l’heure est venue pour elle de donner naissance à une petite pousse, elle enlève la barrière qui protégeait jusqu’alors ses minéraux. Le plus simple est donc de prévoir la veille au soir ce que vous allez manger le lendemain et de tout laisser tremper la nuit. Oui, c’est un coup de main à prendre mais pensez que vous dépensez de l’argent à acheter ces bons aliments et qu’en ne faisant pas ça vous ne profitez pas de leurs bénéfices …

NON, à :

Boire pendant les repas

L’ayurvéda nous conseille de ne boire ni pendant, ni 30 minutes avant ou 30 minutes après un repas. Pourquoi ? La boisson a une fonctionne inhibitrice des enzymes digestives. Cela signifie qu’en buvant, on réduit la capacité de nos enzymes a digérer les aliments qu’on est en train, qu’on va ou qu’on vient de manger. Et ces enzymes, on a grandement besoin qu’elles soient en forme, en particulier quand on mange des aliments difficiles à digérer comme des produits animaux ou des produits industriels …

Manger des fruits après les repas

Un classique, la banane ou la mandarine après le repas, et pourtant une grosse erreur. Les aliments crus sont digérés plus rapidement dans l’estomac que le cuit car ils contiennent encore l’intégralité de leurs enzymes, puisqu’ils n’ont pas été cuits. En mangeant un fruit après le repas, il va en fait venir fermenter au-dessus de la nourriture cuite, qui elle prend plus de temps à passer de l’estomac à l’intestin. Cela peut notamment donner très mal au ventre et créer des gaz inutiles.

Consommer du sucre blanc

Bon j’hésite encore à savoir lequel est le pire : le sucre ou la farine blanche. Pour cet article je choisir de parler du sucre blanc car c’est celui que j’ai déjà réussi à éliminer à 100% de mon alimentation. Le sucre blanc … qu’est-ce qu’on en dit ? Une étude faite sur des rats a montré que l’addiction au sucre est plus forte que l’addiction à la cocaïne. Alors forcément ce n’est pas facile d’arrêter de le consommer, du fait de son caractère extrêmement addictif, mais en même quand on sait ça je trouve que ça donne envie de remettre sa consommation en question.

Donc évidemment, on y va petit à petit, en substituant des aliments qui en contiennent par des aliments sucrés plus sains, on y arrive doucement. Les fruits secs, les fruits très sucrés, les dattes, le sucre de coco, le sirop d’érable, le sucre roux … Autant d’alternatives au sucre blanc.

Mais évidemment c’est dans les produits industriels qu’on trouve le plus de sucre blanc. Vous savez ce qu’il vous reste à faire =)

Manger trop tard

L’ayurvéda conseille de ne pas aller dormir moins de deux heures après avoir fait notre dernier repas. Tout simplement parce que la digestion se fait moins bien à l’horizontal qu’à la verticale. Les sucs digestifs au lieu de rester dans l’estomac peuvent remonter dans l’œsophage causant de l’acidité. La nourriture sera beaucoup moins bien digérée.

Et petit fun fact : en allant dormir le ventre plein, les aliments vont finir par appuyer sur vos organes sexuels, d’où les envies de sexe tôt le matin ! Sachant que dans la tradition védique, les pratiques spirituelles se font le matin, on imagine que ce n’est pas l’idéal !

Utiliser un micro-ondes

Alors celle-là elle n’est pas souvent entendue mais elle est pourtant fon-da-men-tale. Le micro-onde est réellement un danger pour la santé publique. Une étude faite sur des rats (les pauvres, on leur fait vraiment subir le pire) a montré qu’en les alimentant uniquement de produits passés au micro-onde ils finissaient par … mourir. Et l’explication est simple : le micro-onde agit sur les particules d’eau, il les agite pour les chauffer. Plusieurs sont les sources qui m’ont communiquée que le micro-onde modifie la nature même des éléments, les rendant impropres à la consommation humaine. En d’autres termes, manger micro-ondé augmente fortement vos chances d’avoir un cancer.

J’espère que ces conseils vous seront utiles, que vous ne les connaissiez pas déjà tous et que vous réussirez à en mettre en place certains. N’hésitez pas à me dire si vous en avez d’autres ! ❤

Namastê.

Petit-déjeuner ayuvédique

Comme tout le monde je pense, j’ai toujours entendu dire que « le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée ». Pourtant, je ne connais aucun pays dont le petit-déjeuner typique réponde aux besoins de notre corps et soit prit en connaissance du fonctionnement de corps. Un article donc pour vous donner quelques informations et indications pour améliorer la première prise d’aliment de la journée.

 Respecter le rythme du corps

Notre système digestif ne se réveille pas aussi rapidement que notre cerveau. On peut compter qu’il faut environ 2 heures au système digestif pour être prêt à recevoir le premier repas solide. Prendre un petit-déjeuner à peine sorti du lit revient donc à jeter un sceau d’eau froide à notre estomac et notre intestin, et ce n’est pas vraiment ce qu’on cherche à faire.

Même si vous ressentez une sensation de faim, attendre 30 minutes ou 1 heure avant de manger est la meilleure option. En réalité, l’idéal est de réaliser un jeûne de 12 heures par jour ce qui équivaut environ à arrêter de manger deux heures avant de dormir et à ne commencer à manger que deux heures après le lever.

Le mouvement

Bouger c’est faire bouger ses organes internes dont l’estomac, le foie, les reins, les intestins … Peu importe ce que vous faites tant que vous bougez ! Et ce n’est pas seulement bon pour la digestion mais pour la santé physique et mentale en général. Choisissez ce qui vous convient le mieux : danser, marcher, vous étirer, faire une pratique calme de yoga … Évitez d’y aller trop fort avec une séance de musculation par exemple, c’est le matin, le corps tourne encore au ralenti … Peace.

taylor-ann-wright-417893-unsplash

L’hydratation

Le matin, avant de penser au solide, privilégiez le liquide ! Le corps a bien plus besoin d’eau que de nourriture après avoir passé une dizaine d’heure sans voir la couleur d’une goutte d’eau !

Quelles boissons privilégier ? Le café ? Et non …

  • L’eau tiède au jus de citron. Boire un ou plusieurs verres d’eau tiède (ni chaude ni froide) avec le jus d’un citron pressé et une pincée de sel marin aide notamment le système digestif à se réveiller en douceur. Il s’agit d’une pratique issue de l’Ayurveda, la médecine ancestrale indienne. Après l’eau citronnée, il est conseillé d’attendre au moins une vingtaine de minutes avant d’ingérer un aliment solide. C’est le moment idéal pour faire quelques mouvements ou méditer.
  • L’eau: avant de prendre le premier repas il est indiqué d’avoir déjà bu la moitié de l’eau qu’on va boire dans la journée soit environ 1,5L. Pour commencer, habituez-vous à boire un verre, puis deux, puis trois … Votre corps va vous en demander toujours un peu plus. Patience.
  • Le jus vert : boire un jus vert est un vrai coup de boost pour le corps car il s’agit d’un concentré de vitamines et minéraux, un concentré de vie ! Le documentaire Fat, sick and almost dead a montré comment l’absorption de grandes quantités de jus de LÉGUMES peut soigner des pathologies extrêmement graves et comment cette habitude simple permet de retrouver rapidement des niveaux d’énergie et de vitalités plus élevés.

L’idée du jus vert est de permettre à notre corps d’absorber directement les micro-nutriments des légumes en en enlevant la fibre, plus difficile à digérer. D’autre part, un jus sans fibre va permettre une oxygénation extrêmement rapide des tissus. Le jus vert ne remplace néanmoins pas un petit-déjeuner ni un repas, il n’est qu’un complément qui peut être utilisé pour permettre au corps à se reconstituer un stock de micro-nutriments.

toa-heftiba-296465

Recette de jus vert :

  • Un demi concombre
  • Un fruit de saison pour sucrer naturellement
  • Une poignée d’épinards
  • 2 cuillères de graines de chia laissées dans l’eau pendant 4h

Mixer d’abord le concombre et la pomme avant d’ajouter les épinards et les graines.

Conseil : changez régulièrement de feuilles pour éviter que le corps ne s’y habitue : persil, coriandre, menthe, chou, laitue, basilic, épinard, kale …

Recette de jus de vie :

  • Un demi concombre
  • Un fruit de saison pour sucrer naturellement
  • Une betterave
  • Une poignée de persil
  • Des graines de tournesols préalablement trempées dans l’eau pendant 8h

Le petit-déjeuner

Alors quel est selon vous le petit-déjeuner idéal quand on a terminé de s’hydrater et qu’on a boosté son corps avec un shot de légumes ?

Loin des traditionnelles tartines de pain / beurre ou des produits de boulangerie, ce que notre corps cherche par-dessus tout ce sont les FRUITS, tout simplement.

Conseils sur la manière de consommer les fruits :

  • Cas particulier de la pastèque et du melon : selon l’Ayurvéda, ces deux fruits ne peuvent être mélangés avec aucun autre aliment car ils impliquent des processus de digestion totalement différents de celui des autres fruits. « Ne pas mélanger » cela signifie qu’il ne faut rien manger pendant au moins 45 minutes après leur ingestion.

neha-deshmukh-10734

  • Ne pas mélanger les types de fruits : il existe trois types de fruits. Les fruits citriques comme l’orange et la mandarine, les fruits sucrés comme la banane, la mangue, la papaye et les fruits neutres comme la pomme, la poire … L’Ayurvéda conseille de réaliser nos salades de fruits en ne mélangeant pas des fruits de types différents car encore une fois chaque type de fruit implique un processus digestif différent.
  • Ne pas se limiter sur les quantités : Mère Nature est extrêmement généreuse quand il s’agit de produire des fruits. Un manguier produit des centaines de mangue par saison, un bananier des dizaines de bananes, un pommier des dizaines de pomme. Mère Nature nous a doté d’un corps fait pour s’alimenter de toutes ces merveilles qui poussent sur ses arbres. Aucune raison de vous limiter en quantité. Ne mangez pas une mandarine, mangez en trois. Ne mangez pas deux bananes, mangez en cinq. Ne mangez pas une petite tranche de pastèque, mangez-en la moitié !! Les fruits sont la source PRINCIPALE d’énergie pour notre corps et on veut nous faire croire qu’on doit se limiter. NON. Mangez des fruits toute la matinée sans vous limiter, jamais !
brenda-godinez-228181
C’est très beau mais pas très ayurvédique !

Dans mes fruits, j’ajoute généralement quelques additionnels CRUS comme :

  • Du cacao cru en poudre
  • Des raisins secs
  • De la poudre de moringa
  • Des graines (trempées dans l’eau pendant la nuit)

Prenez soin de choisir des produits crus car l’Ayurvéda déconseille de mélanger le cuit et le cru, dont les temps de digestion sont très différents.

En suivant ces conseils vous pouvez être sûr de passer une journée bien plus agréable qu’avec un bol de céréale et de lait de vache ou qu’avec des tartines au beurre et un café au lait, faites-moi confiance !

Voilà, j’espère que cet article vous sera utile, n’hésitez pas à me partager vos impressions et recettes de petit-déjeuner sains !